Selon un communiqué du procureur général du Roi près la Cour d’appel d’Al-Hoceima, 20 personnes ont été arrêtées, les 26 et 27 mai 2017, pour de présumés crimes et délits portant atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat et pour d’autres crimes de droit commun.

Il précise que le ministère public avait chargé la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) de mener des investigations sur les manifestations qui se déroulent depuis plusieurs mois dans la région.

Toujours selon le parquet qui se réfère à l’enquête, les mis en cause auraient reçu « des transferts d’argent et un appui logistique de l’étranger » afin de mener « des activités de propagande susceptibles de porter atteinte à l’intégrité du Royaume ».

Rappelons que des affrontements ont éclaté entre manifestants et policiers dans la nuit de samedi à dimanche dans la ville d’Al-Hoceïma.

Nasser Zefzafi, le leader de ce mouvement est recherché depuis vendredi soir par la justice pour avoir interrompu le prêche d’un imam dans une mosquée de la ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.