Le Maroc prend part à la 20ème édition du Festival du film de l’Outaouais (FFO), qui aura lieu du 22 au 30 mars à la ville de Gatineau (province de Québec), avec la projection de deux films dans le cadre de cette manifestation culturelle.

Initiée par l’Ambassade du Maroc à Ottawa, en collaboration avec le Centre Cinématographique Marocain (CCM) et les organisateurs du Festival, la participation du Royaume, la première du genre, à ce rendez-vous annuel, vise à promouvoir la production et la créativité cinématographique marocaine au Canada, notamment dans la capitale Ottawa et la région, et à faire connaître au public canadien les grandes réalisations du 7ème art marocain et le niveau de son développement dans le pays.

Cette participation, qui a été vivement saluée par les organisateurs de cet événement dédié au cinéma, se veut aussi une contribution pour établir un pont culturel entre le Maroc et le Canada et mieux positionner le cinéma marocain en terre canadienne, apprend-on auprès de la représentation diplomatique marocaine.

Lors de cette 20ème édition, le cinéma marocain sera représenté par deux films : le premier est «La Isla de Perejil» du réalisateur Ahmed Boulan, qui sera projeté le 23 mars.

Le film, une coproduction maroco-espagnole, revient sur un événement qui avait défrayé la chronique politique entre les deux pays voisins en 2002 en raison de la crise de l’îlot Leila.

Ibrahim, un soldat des Forces auxiliaires, interprété par le comédien Abdellah Ferkous, est envoyé sur un îlot désert en Méditerranée en vue de surveiller le passage des contrebandiers et des immigrants clandestins. Il découvre, quelques jours plus tard, un migrant sénégalais échoué sur l’île, qu’il sauve. La relation entre les deux hommes est dynamique, évoluant de la méfiance à une amitié touchante.

Quant au second film, il s’agit de «Aïda» du réalisateur Driss Mrini, qui sera projeté le 25 mars.

Ce long-métrage, qui avait représenté le Maroc dans la catégorie Meilleur film étranger aux Oscars en 2016 et sélectionné dans plusieurs festivals, relate la vie d’une femme marocaine, juive de confession, et professeur de musique à Paris (rôle interprété par Noufissa Benchahda), dont le corps est dévoré par une tumeur maligne, et qui décide d’effectuer un retour aux sources (ville d’Essaouira) à la recherche des souvenirs de son enfance afin de retrouver un sens à sa vie.

Fondé en 1998, le Festival du Film de l’Outaouais fait partie des grands festivals de cinéma du Canada, qui se donne pour mission de promouvoir le cinéma d’auteur d’ici et d’ailleurs.

Durant huit jours, il présente aux cinéphiles canadiens et étrangers une centaine de projections de longs et courts-métrages de fiction, d’animation ou documentaires  provenant d’une vingtaine pays.

Cette manifestation cinématographique offre aussi une place prépondérante au cinéma d’auteur national et international et plus particulièrement aux productions québécoises et de l’Outaouais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.