Valérie Plante, cheffe du parti « Projet Montréal », est devenue, dimanche soir, la première femme élue maire de la ville de Montréal, suite à sa victoire à l’issue des élections municipales tenues au Québec, face au maire sortant Denis Coderre, qui a annoncé, après sa défaite, qu’il se retire de la vie politique municipale.
Agée de 43 ans, Valérie Plante, qui a obtenu 51 pc des voix contre 46 pc pour M. Coderre, est devenue aussi la seule femme à diriger une grande métropole en Amérique du Nord.

« Ce soir, nous avons écrit une nouvelle page d’histoire pour Montréal : 375 ans après Jeanne-Mance, Montréal a enfin sa première mairesse », s’est félicitée Mme Plante, sous les acclamations de ses partisans, soulignant qu’au-delà de sa victoire personnelle et de l’accession d’une femme à la mairie de Montréal, il s’agissait de l’arrivée au pouvoir de sa formation.

« Cette élection n’était pas à propos de moi, mais à propos de vous et de ce que vous voulez pour Montréal », a-t-elle ajouté dans un discours dans lequel elle s’est engagée à changer l’approche de la ville auprès de ses citoyens, disant vouloir les écouter davantage.

« Nous avons démontré qu’il ne fallait pas prendre les Montréalais pour acquis », a-t-elle affirmé, ajoutant qu' »un changement de ton s’impose, de priorités aussi ».

« Nous avons énormément de travail à faire pour les quatre prochaines années », a-t-elle soutenu.

Mme Plante a, dans ce sens, invité les gouvernements provincial et fédéral à travailler avec la nouvelle équipe, tout en énonçant certaines de ses priorités portant essentiellement sur l’amélioration du transport en commun, le développement de l’économie et le logement social.

Mme Plante a aussi tenu à rassurer la communauté des affaires, en déclarant que « Montréal est ouverte aux affaires ».

De son côté, M. Coderre, chef du parti « Equipe Denis Coderre pour Montréal », qui était également président de l’Association des grandes métropoles mondiales « Metropolis » a, après avoir reconnu sa défaite, félicité Valérie Plante et annoncé du coup qu’il quittait la vie politique municipale.

M. Coderre, libéral et ancien ministre fédéral, a, en outre, exprimé sa « fierté » d’avoir redonné une dimension « internationale » à la deuxième métropole canadienne.

« A Montréal, nous avons retrouvé notre intégrité », a-t-il ajouté lors d’un discours, en référence aux scandales de corruption ayant entaché les précédents mandats de ses prédécesseurs.

En réaction à ces propos, Mme Plante a promis un contrôle « plus rigoureux » par les responsables municipaux des travaux d’infrastructures pour assurer « un rempart contre la collusion et la corruption ».

Suite à la victoire de Mme Plante, le Premier ministre canadien Justin Trudeau, également député de la métropole, a tenu à féliciter sur Twitter la nouvelle maire, qui a également reçu des mots de félicitations de la part de plusieurs ministres fédérales, dont la ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, et de la Culture, Mélanie Joly.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.