Une bombe artisanale placée dans un wagon du métro de Londres, à l’heure de pointe matinale vendredi, a fait 29 blessés. Une importante chasse à l’homme s’en est suivie afin de retrouver le ou les responsables de la quatrième attaque terroriste à survenir dans la capitale britannique cette année.

La première ministre Theresa May a déclaré que l’engin « était destiné à causer un dommage significatif », mais la bombe _ cachée dans une chaudière placée à l’intérieur d’un sac à isolation thermique _ n’a explosé que partiellement, permettant d’éviter un réel carnage.

Plus tard dans la journée, Daech (groupe armé État islamique) a annoncé que l’attentat avait été perpétré par une unité affiliée.

La bombe a détonné aux alentours de 8h20 alors que le métro se trouvait à la station Parsons Green dans le sud-ouest de la ville.

Un témoin, Chris Wildish, a déclaré à Sky News qu’il a vu « une explosion de lumière », puis senti une odeur chimique âcre. Un autre témoin a rapporté que plusieurs personnes ont été blessées quand les passagers à bord du train bondé ont paniqué et qu’une bousculade a éclaté. Plusieurs écoliers auraient été projetés au sol.

La police et les autorités médicales ont confirmé que 29 personnes ont été traitées dans des hôpitaux londoniens, la plupart pour des brûlures. Aucune des blessures ne serait sérieuse ou ne menacerait la vie d’un patient, ont assuré les services d’urgence.

La ligne de métro District a été suspendue pendant un moment. Plusieurs maisons ont été évacuées pendant que la police déployait un périmètre de sécurité aux alentours de la scène pour sécuriser l’engin explosif.

La police de Londres a indiqué que des centaines de détectives, de même que des agents du MI5, l’agence britannique du renseignement intérieur, examinaient les images captées par des caméras de surveillance pour tenter d’identifier l’auteur de l’attentat.

Ils tenteront également de déterminer si l’auteur avait prévu que la bombe exploserait à ce moment et à cet endroit, dans un quartier huppé et tranquille, loin des grands attraits touristiques de la métropole.

Des médias britanniques rapportent que l’engin était muni d’une minuterie. Des images diffusées par la télévision britannique montrent une chaudière de plastique blanche à l’intérieur d’un sac au revêtement métallique. On peut également apercevoir des flammes et des fils électriques.

L’analyste en terrorisme Magnus Ranstorp, de l’Université suédoise de défense, soutient que d’après les photos, tout porte à croire que la bombe n’a pas complètement explosé puisqu’une grande partie de l’engin ainsi que de son emballage sont intacts.

Après avoir présidé une rencontre du comité d’urgence du gouvernement, la première ministre Theresa May a déclaré que le niveau d’alerte était maintenu à « sévère » ce qui signifie qu’il est hautement probable qu’une nouvelle attaque survienne. Le niveau d’alerte maximal est nommé « critique ».

Le président américain Donald Trump a commenté la nouvelle sur Twitter en mentionnant que l’attentat avait été perpétré par un « terroriste raté (loser terrorist) », ajoutant que « ces gens sont des personnes malades et démentes qui sont dans la mire de Scotland Yard ».

Mme May a poliment réprimandé le président américain affirmant que « ce n’est jamais utile pour quiconque de spéculer sur une enquête en cours ».

Associated Press

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.