Le gouvernement québécois a dévoilé, vendredi, la politique bioalimentaire 2018-2025, dotée d’investissements de l’ordre de 5 milliards de dollars sur cinq ans, avec pour objectif de mieux répondre aux attentes des consommateurs tout en soutenant les entrepreneurs et les organismes œuvrant dans ce secteur.

Selon le gouvernement provincial, sept principes ont guidé l’élaboration de cette politique quinquennale et guideront sa mise en œuvre pour assurer l’avenir du secteur bioalimentaire, notamment l’investissement de 15 milliards de dollars en production agricole et aquacole, dans les pêches et en transformation alimentaire; l’accroissement de 6 milliards de dollars des exportations bioalimentaires internationales du Québec; l’ajout de 10 milliards de dollars de contenu québécois dans les produits bioalimentaires achetés dans la province; et l’augmentation de 52 à 70 pc de la part des volumes de produits aquatiques québécois écocertifiés.

Cette politique bioalimentaire est bâtie également autour de quatre grandes orientations : une offre de produits répondant aux besoins des consommateurs; des entreprises prospères, durables et innovantes; des entreprises attractives et responsables; et des territoires dynamiques contribuant à la prospérité du bioalimentaire.

Dans ce sens, le Premier ministre québécois, Philippe Couillard a indiqué qu’«avec cette politique, nous passons de la parole aux actes et nous nous donnons les moyens de nos ambitions», ajoutant que son gouvernement «voit grand pour le Québec et pour le secteur bioalimentaire».

«Améliorer la qualité de vie de toutes les Québécoises et de tous les Québécois est une priorité pour notre gouvernement. C’est pourquoi nous accordons une attention particulière à la promotion de saines habitudes de vie, qui passent notamment par une bonne alimentation», a-t-il expliqué.

Pour sa part, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Laurent Lessard, a précisé que la politique bioalimentaire se distingue par sa portée et son cadre financier pour les cinq prochaines années, notant que l’ensemble des rencontres tenues au cours de la dernière année ont permis de développer une vision et des ambitions communes afin de répondre aux besoins du secteur et aux attentes des consommateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.