Le Maroc est devenu un pays leader au niveau africain en termes de stabilité politique, de développement économique et de diversité culturelle, a affirmé mardi à Rabat, le président de l’Assemblée nationale du Québec, Jacques Chagnon.

Le Maroc a confirmé son leadership dans la région grâce à la politique prônée par SM le Roi Mohammed VI et les différents projets de réforme adoptés, a relevé M. Chagnon à l’ouverture de la 5ème réunion de la Commission parlementaire mixte Maroc-Québec. 

Le Maroc est l’un des premiers pays avec lesquels le Québec a établi des relations de coopération et de partenariat en Afrique, eu égard à sa position stratégique et à sa place sur la scène internationale, a-t-il indiqué.

Après avoir loué le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine (UA), il a mis en avant le rôle que joue le Royaume sur la scène africaine à travers le renforcement de la coopération Sud-Sud et Sud-Nord, le lancement des grands projets de développement et la promotion des valeurs de la paix et de tolérance.

Le Maroc a franchi des pas importants dans le domaine des énergies renouvelables, il est devenu un modèle à suivre, s’est-t-il félicité, mettant en relief les réalisations du Maroc en la matière, notamment la centrale solaire Noor à Ouarzazate qui constitue un tournant majeur dans la politique énergétique.

Sur un autre volet, il a souligné que le Maroc se distingue par sa richesse et sa diversité culturelle, notant que les valeurs humaines, notamment la convivialité et le vivre ensemble marquent l’histoire du Royaume depuis la nuit des temps.

Sur la 5ème réunion de la Commission parlementaire mixte Maroc-Québec, le responsable québécois s’est dit fier de cette coopération législative unissant les deux parties, appelant à davantage d’implication afin de renforcer la coopération maroco-québécoise dans tous les domaines. 

Les travaux de cette réunion qui se tient du 08 au 12 janvier portent notamment sur l’examen de deux thématiques centrales, à savoir le parlement numérique et la participation citoyenne, et les changements climatiques et les énergies renouvelables.

Cette rencontre permet aux membres de la commission de discuter des nouveautés politiques et parlementaires d’intérêt commun et d’échanger les expériences et l’expertise au niveau de l’action parlementaire. 

Cette commission, qui tient annuellement par alternance une réunion ordinaire, se compose de 16 membres représentant l’ensemble des formations politiques.

Elle a pour objectif de consolider les relations d’amitié et de coopération parlementaire entre le Maroc et le Québec, à travers la mise en place d’un mécanisme de dialogue et d’échange d’expertise et d’expériences dans les différents domaines en relation avec l’action parlementaire.

(MAP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.