-Hassan EL AMRI-.

La participation du Royaume du Maroc comme invité d’honneur de l’édition 2018 du Salon international du Livre de Québec (SILQ) est un hommage à la culture marocaine et la consécration d’une histoire remarquable de dialogue culturel maroco-canadien, ainsi qu’une invitation à créer de nouveaux ponts de coopération culturelle entre les deux pays, a affirmé, mercredi soir, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed El Aaraj.

« Aujourd’hui, alors que le Maroc bénéficie du statut d’invité d’honneur du Salon international du Livre de Québec, un rendez-vous incontournable sur la scène culturelle et littéraire internationale grâce à la place qu’il occupe sur la carte des salons internationaux dédiés au Livre, nous nous trouvons tous devant une grande opportunité pour affermir nos relations culturelles, grâce à l’ensemble des activités programmées à cette occasion », a soutenu M. El Aaraj dans une allocution lue en son nom par Mme Fatima Ait Mhand, chef du Service de la coopération internationale au ministère, lors de la cérémonie d’inauguration officielle du Salon.

Le ministre a indiqué que le Salon offrira aux visiteurs l’occasion de découvrir un riche fonds documentaire composé de plus de 2.000 titres édités par les maisons d’édition marocaines présentes à cette manifestation, ainsi que par plusieurs institutions officielles et scientifiques marocaines qui ont accumulé au fil des ans un fonds non négligeable de publications de haut niveau.

Il s’agit, a-t-il dit, d’ouvrages représentant certains aspects de la dynamique de la pensée et de la création marocaines et reflétant la richesse et la diversité des expressions culturelles du Royaume, relevant que les visiteurs auront aussi l’opportunité de rencontrer une élite d’éminents noms marocains, ayant accumulé des publications de grande valeur dans les domaines de la création, de la recherche et de la pensée, et dont certains sont établis au canada.

Il a fait savoir que ce programme permettra, sans doute, aux visiteurs de découvrir la richesse de la création littéraire des écrivains marocains qui partagent avec leurs semblables québécois la même volonté d’échange et qui sont portés par la même dynamique de dialogue culturel, auquel le présent Salon participe avec succès.

M. El Aaraj a précisé que la programmation d’activités centrées sur la culture marocaine a un double objectif : d’une part, aspirer à mettre les lecteurs et intellectuels québécois au fait de cette ample dynamique que connaît la scène culturelle au Maroc, et leur permettre, grâce au fonds documentaire exposé, de former une idée claire sur la production littéraire marocaine qui pourrait les inciter à vouloir mieux connaître les écrivains marocains qui se sont fait remarquer à l’international, par la qualité de leurs écrits qui leur ont valu de nombreux prix littéraires internationaux.

« Nous souhaitons, en second lieu, que la communauté marocaine du Canada puisse trouver, grâce à cet événement culturel, l’opportunité de renouer avec leur culture et de stimuler leurs liens avec leurs origines identitaires et civilisationnels », a-t-il poursuivi, mettant en relief la présence active des Marocains du Canada et leur engagement serein et responsable dans l’ensemble des domaines de la vie économique et de la recherche de ce pays.

M. El Aaraj, qui a souligné que le présent hommage consacré à la culture marocaine constitue une importante étape dans le partenariat maroco-québécois, a affirmé l’attachement de son département à renforcer ce partenariat et à le développer par le biais d’initiatives et d’opérations culturelles ayant pour objectif le développement des échanges entre les cultures marocaine et québécoise, notamment dans le domaine du livre, telles que l’exploration des possibilités de traduction conjointe de certaines des œuvres majeures marocaines et québécoises, de coédition d’ouvrages abordant les préoccupations communes fondamentales, ainsi que le renforcement des échanges des expertises et des données dans le domaine du réseau de lecture publique, un volet sur lequel le Maroc parie afin de rapprocher la culture des régions et populations éloignées des grands centres.

« Ce sont-là quelques exemples de chantiers et il y en a sans doute plusieurs autres qui nous permettront d’élaborer ensemble plusieurs projets de coopération culturelle », a-t-il conclu. Cette cérémonie, agrémentée par des morceaux de musique interprétés par la troupe « Salamate Gnawa », a été marquée par la présence notamment de la ministre québécoise de la Culture et des Communications, responsable de la protection et de la promotion de la langue française, Marie Montpetit, du ministre canadien de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, représentant la ministre fédérale du patrimoine canadien, Mélanie Joly, de la Consule générale du Royaume du Maroc à Montréal, Habiba Zemmouri, du directeur du Livre et de la Lecture au ministère de la Culture et de la Communication, M. Hassan El Ouazzani, du directeur du Centre culturel marocain « Dar Al-Maghrib » à Montréal, Jaâfar Debbarh, de députés et politiques québécois, et d’illustres personnalités du monde littéraire et de la culture marocains et québécois.

De leurs côtés, les autres intervenants, dont Mme Montpetit et le président d’honneur du Salon, le grand écrivain et romancier Eric-Emmanuel Schmitt, ont insisté sur l’importance de ce rendez-vous culturel incontournable qui se veut une invitation au dialogue, au débat et à la découverte des autres cultures, ajoutant que cette manifestation culturelle de grande facture offre l’occasion pour le grand public passionné de lecture et d’écriture de partager des idées et des histoires et de jeter de nouveaux ponts de rencontres entre différentes écritures, cultures et civilisations.

(MAP)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.