SM le Roi Mohammed VI a proposé, dans le cadre de l’Agenda Africain pour la Migration, soumis au 30ème Sommet de l’Union Africaine (UA), la création d’un Observatoire Africain de la Migration et d’un poste d’Envoyé spécial de l’Union Africaine chargé de la Migration.

L’Observatoire Africain de la Migration, dont le travail sera basé sur le triptyque «comprendre, anticiper et agir», aura pour mission de développer l’observation et l’échange d’informations entre les pays africains, afin de favoriser une gestion maîtrisée des flux migratoires, a indiqué le Souverain dans un Message adressé au 30è Sommet de l’UA, dont lecture a été donnée, lundi à Addis-Abeba, par le Chef du Gouvernement, M. Saad Eddine El Othmani.

«Le Maroc propose d’abriter cet Observatoire», a souligné le Souverain.

Quant au poste d’Envoyé spécial de l’UA chargé de la Migration, son titulaire aura pour mission de «coordonner les politiques de l’Union dans ce domaine», a expliqué le Souverain.

Ainsi, l’Agenda Africain pour la Migration propose, sur la gestion migratoire, une «démarche fondée sur des politiques nationales, sur une coordination sous régionale, une perspective continentale et un partenariat international», a indiqué SM le Roi, ajoutant que cet Agenda suppose un «changement de paradigme, une redéfinition introspective et positive de la migration, ainsi qu’une volonté politique réelle des Etats, qui ont : chacun a intérêt à ce que la migration se fasse dans la sécurité, la légalité, la régularité, l’ordre et le respect des droits humains».

«L’Agenda Africain pour la Migration, qui peut instruire le processus d’élaboration du Pacte Mondial pour des Migrations sûres, ordonnées et régulières, doit tendre à faire de la migration un levier de co-développement, un pilier de la Coopération Sud-Sud, et un vecteur de solidarité», a assuré SM le Roi.

A cet égard, le Souverain a indiqué que le Maroc, qui abritera la Conférence Intergouvernementale d’adoption du Pacte Mondial ainsi que le Forum Global pour la Migration et le Développement en décembre 2018, s’engage à faire de ces rencontres multilatérales une tribune pour l’Afrique.

Pour le Souverain, cet Agenda part de l’idée qu’il faut connaître le phénomène migratoire dans ses différentes dimensions pour mieux l’appréhender, affirmant, dans ce cadre, qu’il est temps de déconstruire, «un à un» les mythes associés à la migration.

La migration est un «phénomène naturel qui constitue la solution et non pas le problème», a relevé SM le Roi, appelant à adopter une «perspective positive sur la question de la migration en mettant en avant la logique humaniste de responsabilité partagée et de solidarité».

La migration, qui demeure un enjeu planétaire et crucial pour le continent africain, mérite une «nouvelle approche afro-centrée conciliant le réalisme, la tolérance et la primauté de la raison sur les peurs», a assuré le souverain.

SM le Roi a, en outre, précisé dans le même Message, que l’Agenda Africain pour la Migration, soumis au 30ème Sommet de l’Union Africaine (UA), a été conçu selon une approche inclusive et participative, tout en appelant à le percevoir comme une source d’inspiration pour «notre action future sur ce dossier».

«Aujourd’hui, Je vous soumets un document constituant l’Agenda Africain pour la Migration. Il a été conçu selon une approche inclusive et participative», a souligné le Souverain.

Ce document est «le fruit de la concertation permanente» menée par le Souverain avec de nombreux Chefs d’Etat lors de Ses différents entretiens et contacts et «reflète une appropriation large, notamment à travers la tenue de deux réunions importantes», rappelle le Message Royal.

Il s’agit de la Retraite Régionale du 2 novembre 2017, à Skhirate qui a réuni plus de 120 décideurs, représentants des organisations internationales, chercheurs et membres de la société civile ainsi qu’une Conférence Ministérielle organisée à Rabat, le 9 janvier 2018, à laquelle ont participé une vingtaine de Ministres, représentant les cinq sous-régions du continent, la Commission de l’UA et les Communautés Economiques Régionales.

L’Agenda Africain pour la Migration comprend ainsi les idées, propositions et réflexions présentées par les institutions officielles, la société civile et les chercheurs en Afrique. «Il se veut flexible, évolutif et non juridiquement contraignant» et «doit être perçu, avant tout, comme une source d’inspiration pour notre action future sur ce dossier», affirme le Souverain.

Après avoir rappelé le mandat de «Leader de l’Union Africaine sur la Question de la Migration», confié au souverain lors du 28ème Sommet de l’UA et la Note Préliminaire regroupant les premiers jalons d’une vision africaine commune sur la migration présentée en Juillet 2017 à son excellence le Président Alpha Condé, SM le Roi a expliqué que l’Agenda Africain pour la Migration part de l’idée qu’il faut connaître le phénomène migratoire dans ses différentes dimensions pour mieux l’appréhender.

SM le Roi a affirmé, dans ce cadre, qu’«il est temps de déconstruire, un à un les mythes associés à la migration: Premièrement, il n’y a pas de déferlante migratoire puisque les migrants ne représentent que 3,4 pc de la population mondiale, de même que la migration africaine est d’abord intra-africaine. Autre mythe à déconstruire «La migration n’appauvrit pas les pays d’accueil» puisque 85 pc des revenus des migrants restent dans ces pays. De même, « la migration est un phénomène naturel qui constitue la solution et non pas le problème», affirme le Souverain.

Dans ce contexte, le Souverain a appelé à «adopter une perspective positive sur la question de la migration en mettant en avant la logique humaniste de responsabilité partagée et de solidarité».

(Avec MAP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.